Uncategorized

Je ne tape plus, je CRIIIIIIIIE

Et oui, mon petit garçon a 2 ans révolus maintenant et il n’échappe pas à la règle:

 

il  fait sa crise des 2 ans…

 

Ce sont des choses que l’on apprend sur le tas. Personne n’a cru bon de nous prévenir avant. Si ça se trouve, les gens se disent: « chut! le dit pas, sinon, ils ne vont pas faire d’enfant!! » 🙂

Pourtant, c’est pas faute de connaître des gens avec des enfants de plus de 2 ans. Eux, au moins, par compassion pourrait nous prévenir!!

« Attention, ton enfant va se métamorphoser en un petit diable sur deux jambes, te dire non!, s’opposer à toi en toutes occasions pour tout et son contraire, le seul but de sa petite vie sera de te faire sortir de tes gonds et de te faire tourner en bourrique de son lever (trop tôt) le matin à son coucher. Ce à partir de ses 18 mois jusqu’à pour certains enfants presque 4 ans » ;-(((

Mais où est passé mon bébé, le petit amour qui riait tout au long de la journée, qui faisait des bisous et tout et tout???

Ben, il est parti, il a grandi, il a pris en autonomie et a découvert ses pouvoirs.

Au détriment de notre patience, il joue de son « autorité ».

Par exemple:

« Tu viens, on va prendre le bain! », « NON, veut pas » oui, parce qu’il commence à bien s’exprimer aussi. Après une négociation à bâtons rompus, Petit Monsieur est dans son bain depuis 30 bonnes minutes, et là « bon, on va sortir mon grand! » « Non, NON, Non, veut pas descendre »

et/ou

« Tu veux aller sur le pot pour faire pipi? » « NON » « ah, on va changer la couche alors? » et là, c’est le drame, « non, non, non » les yeux bien plissés pour aider les petites larmes à couler le long de ses joues, avec le comportement de quelqu’un que l’on tiendrait de force alors que je suis juste devant lui, intérieurement démunie 🙂

Ben, oui, je ne sais pas quoi faire moi????!!!!

J’ai lu un article sur la crise des deux ans. La maman préconise l’écoute active, elle dit que ça fonctionne super bien. Ca aide l’enfant à avoir l’impression d’être compris et tout et tout, et du coup c’est sensé le calmer?????!!!!

Alors je suis POUR évidemment.

Dans la théorie ça a l’air génial.

L’écoute active repose sur le fait de donner des mots aux sentiments de notre enfant afin qu’il comprenne ce qu’il lui arrive. Génial!!! Sauf que, quand je le fais, ça donne ça:

Je dresse le tableau:

Nous sommes à table. Mon fils est en train de pleurer en criant, car on lui interdit de mettre les pieds sur la table de la cuisine. (Jusque là, je pense qu’on est tous d’accord sur le principe que les pieds n’ont rien à faire sur une table, surtout quand on est en train d’y manger!!)

Mon homme commence à ne plus supporter les cris du garnement et lui promet de l’emmener dans la salle de jeux le temps qu’il se calme et qu’il arrête de crier!

Bon moi, dans l’après-midi j’ai lu un truc sur l’écoute active, alors forte de ma nouvelle connaissance, j’essaie « Chéri, tu es triste parce qu’on te dit non? c’est dur pour toi que l’on ne soit pas d’accord avec toi? » D’après l’article, le gamin doit se calmer et me répondre oui et changer de sujet. Bon!

Vous imaginez bien que là, on est plutôt version Malcolm la série, et mon loulou, lui, ne m’écoute même pas et crie même de plus belle et se débat, comme si encore une fois j’étais en train de l’éprendre vigoureusement entre mes bras!!!!!!

Alors, l’écoute active, oui! sûrement mais pas toujours!!!

Ce qu’il s’est passé:

j’ai écarté sa chaise de la table afin qu’il ne puisse plus y poser ses pieds. Du coup, ce qui l’embêtait, c’était de ne plus pouvoir manger! Alors, j’ai négocié « dès que tu arrêtes de crier, tu reviens à table avec nous ». Au bout de quelques répétitions il a abdiqué. Heureusement pour nous, c’est un bon mangeur!!

Dans son cas, je dirais que la négociation est ce qui fonctionne le mieux, même si ça n’est pas efficace à chaque fois. Parfois, il est tellement énervé qu’il a juste besoin d’évacuer toute cette nouvelle énergie, ce nouveau pouvoir.

Il a conscience du pouvoir qu’il peut avoir sur les autres, mais il ne sait pas encore comment l’utiliser, doser tout ses effets.C’est un calvaire pour lui et du coup pour nous aussi.

Quand je négocie, j’évite par définition la condition.

Au lieu de dire:  SI tu es sage, tu auras un bonbon.

Je vais préféré dire:   Dès que tu es calme, je te donne un bonbon.

La condition rappelle, l’obligation, l’ordre, le fait de devoir écouter alors que dans l’autre phrase:

Il a le choix.

Lui laisser la possibilité de choisir, de prendre une décision pour lui laisser l’impression de gérer, d’être autonome.

Par exemple:

« Tu as vu comme il fait froid dehors, il faut que l’on mette notre manteau j’ai l’impression » plutôt que « Viens t’habiller, on est en retard » ou encore « Oh zut!, on a plus de place par terre pour jouer au train, il faudrait ranger les peluches dans le coffre et on pourrait jouer » plutôt que « range ta salle de jeux »

ou encore

« Tu préfères prendre un bain ou une douche? » plutôt que « viens prendre ton bain ». Bon! avec mon loulou, ça ne marche pas, il répond non.j’ai beau lui expliquer que grammaticalement, cela n’est pas possible de répondre par une réponse fermée à une question ouverte, je ne comprends pas pourquoi mais il ne comprend pas 😉

Bref, la crise des deux ans, c’est drôle surtout quand elle est finie. Pour l’instant je suis dans l’expectative de m’offrir des boules Quies à Noël. Alors si vous aviez quelques euros à me donner 😉

Allez, à la prochaine, bon courage!!

 

Une réflexion au sujet de « Je ne tape plus, je CRIIIIIIIIE »

Les commentaires sont fermés.